Bon débarras: le tristement célèbre extrémiste anti-vape S. Glantz prend sa retraite sans explication

  • FrançaisFrançais


  • «J’ai finalement pris ma retraite de l’UCSF, prêt à passer à la phase suivante», a écrit Glantz dans un message à ses collègues. «Je continuerai également à travailler avec mes collègues de l’UCSF pour terminer le travail en cours. Après avoir discuté avec des collègues qui ont déjà pris leur retraite, je suis convaincu qu’il y aura d’autres façons de continuer à contribuer à lutter contre l’industrie du tabac et à promouvoir la santé publique.

    En plus d’être largement critiqué pour son travail, Glantz a même été accusé ces dernières années de harcèlement sexuel et d’abus racistes.

    En janvier dernier, Glantz a démissionné de son poste de directeur du Centre de recherche et d’éducation sur la lutte antitabac de l’UCSF. En 2018, le Centre avait a reçu une subvention de 20 millions de dollars FDA-NIH sur cinq ans pour étudier les produits de vapotage, qui a suivi une autre subvention de 20 millions de dollars en 2013.

    Sa subvention FDA a récemment soutenu un Stanford étude selon laquelle le vapotage est un «facteur de risque sous-jacent important» pour le COVID-19. L’étude, qui comme la plupart de ses autres travaux a attiré la critique par de nombreux universitaires pour sa méthodologie défectueuse et ses manipulations statistiques suspectes, a été largement couvert dans les médias et malheureusement utilisé pour justifier d’innombrables interdictions de cigarettes électroniques pendant la pandémie.

    Des études erronées et des accusations de harcèlement sexuel

    De plus, plus tôt cette année, le Journal of the American Heart Association a été contraint de retirer une étude de Glantz publié en juin 2019, liant le vapotage aux crises cardiaques. Le journal a souligné que l’étude n’avait pas précisé ce qui était arrivé en premier, le vapotage ou les crises cardiaques. De plus, lorsqu’on leur a demandé de fournir des données supplémentaires pour déterminer cela, Glantz et son équipe ne l’ont pas fait.

    En plus d’être largement critiqué par d’autres scientifiques et défenseurs de la réduction des risques pour son travail, Glantz était même accusé deux fois de harcèlement sexuel et les abus racistes. La première affaire de harcèlement sexuel, qui comprenait également des accusations de faute scolaire, a été réglée à l’amiable pour 150 000 $.

    Des experts en santé publique soulagés

    Sans aucun doute, sa démission a envoyé une vague de soulagement parmi les experts en réduction des méfaits du tabac. «Le professeur Stanton A Glantz @ProfGlantz a pris sa retraite de @UCSF, avec effet immédiat. Aucune raison donnée,” tweeté Clive Bates, expert renommé en santé publique.

    «Cela aurait dû arriver il y a des années – de nombreuses vies auraient été sauvées. Et bien plus encore. Ma version de ses arguments les plus ridicules et dommageables est ici: https://clivebates.com/vaping-risk-compared-to-smoking-cha Challening-false-dangerous-claim-by-stanton-glantz/

    Stanton Glantz – Expert ou extrémiste?

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *