Canada: le Québec prévoit d’interdire les arômes de vapotage et de restreindre les niveaux de nicotine

  • FrançaisFrançais


  • «Avec la popularité croissante des produits de vaporisation, en particulier chez les jeunes, il devient impératif d’agir pour éviter qu’une nouvelle génération ne devienne accro à la à cause de ces produits», a déclaré Dubé dans un communiqué. «De nombreuses études montrent que la saveur est la principale raison pour laquelle les jeunes sont plus enclins à vapoter», a ajouté un récent rapport de .

    Sorti en août dernier, le rapport de santé publique a accusé les cartouches d’arôme de flambée du vapotage chez les lycéens. “En effet, les saveurs, en particulier les sucrées, et la façon dont elles sont commercialisées augmentent l’attractivité du produit et diminuent la perception des risques pour la santé”, indique le rapport.

    Le document souligne que la majorité des adolescents et des jeunes adultes de 15 à 19 ans préfèrent les saveurs de fruits, de dessert ou de menthe, alors que peu de jeunes préfèrent la saveur , seule saveur que le Québec entend continuer à permettre sur le marché. À cet effet, les produits aromatisés sont accusés de l’augmentation de 70% du vapotage au secondaire depuis 2016.

    Les interdictions de saveur sont-elles la réponse?

    «… Les interdictions d’arômes, à elles seules, ne peuvent pas réduire considérablement la disponibilité ou l’utilisation des produits du tabac aromatisés parmi les résidents.»

    Cependant, conformément aux données indiquant que les adultes préfèrent les saveurs, la Industry Trade Association (VITA) exhorte le gouvernement à continuer d’autoriser la vente de produits de vapotage aromatisés et à restreindre l’accès aux mineurs. «Une éventuelle interdiction des produits de vapotage aromatisés créerait plus de problèmes en encourageant les ex-fumeurs à fumer à nouveau», a écrit l’association dans un communiqué.

    «Nous ne voulons pas que les jeunes aient accès aux produits de vaporisation», a déclaré Daniel Marien, directeur fondateur de VITA, dans un communiqué. «Cependant, il ne faut pas oublier que la grande majorité des vapoteurs au Québec sont, pour la plupart, d’anciens fumeurs. En interdisant les saveurs des cigarettes électroniques, comme le recommande le rapport, des milliers d’anciens fumeurs ne pourront plus consommer de cigarettes électroniques. »

    À l’appui de ces arguments, un étude menée dans le but de déterminer l’impact de l’interdiction des arômes sur l’usage du tabac à San Francisco, a révélé que si l’interdiction a effectivement entraîné une baisse des ventes de cigarettes électroniques et de cigares, elle a malheureusement également provoqué une hausse des taux de tabagisme. De plus, ont constaté les chercheurs, la mesure n’était pas appliquée correctement et 65% des participants ont déclaré être en mesure d’obtenir des produits aromatisés de plusieurs façons.

    «Ces résultats suggèrent que l’interdiction complète des arômes locaux, à elle seule, ne peut pas réduire considérablement la disponibilité ou l’utilisation des produits du tabac aromatisés parmi les résidents. Néanmoins, les interdictions locales peuvent encore réduire considérablement l’utilisation globale de la électronique et du tabagisme, mais peuvent augmenter le tabagisme », conclut l’étude.

    Lire la suite: Gazette de Montréal

    La NNA suggère des réformes de la politique de la nicotine post-Brexit au gouvernement britannique

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *