Chine : les exportations doivent respecter les règles de destination pour le vapotage

  • FrançaisFrançais


  • La réglementation chinoise de l’Administration du monopole d’État sur le tabac (STMA) pour les cigarettes électroniques est stricte. Le pays commencera à appliquer la gestion des licences pour les entités de production, de vente en gros et de détail de cigarettes électroniques à partir du 1er mai, selon une version traduite de la réglementation mise à jour. Elles s’appliquent à tous les produits matériels et e-liquides, y compris tous les composants et ingrédients. L’annonce fait suite à l’avant-projet des autorités réglementaires publié en décembre 2021.

    “Le département administratif en charge du monopole du tabac du Conseil d’Etat prend en charge la supervision et la gestion nationales des cigarettes électroniques, et est responsable de la formulation et de l’organisation de la mise en œuvre des politiques de l’industrie de la cigarette électronique”, précise le règlement. “Le département administratif chargé du monopole du tabac du Conseil d’Etat organisera des institutions professionnelles pour l’examen technique des produits de cigarettes électroniques sur la base des rapports d’inspection et d’essai et d’autres documents d’application.”

    Les règles applicables aux produits destinés à l’exportation pourraient modifier le marché et écraser les pays de destination. La Chine déclare que tous les produits fabriqués pour l’exportation doivent être conformes aux réglementations et aux lois du pays de destination. Si un pays ne réglemente pas les cigarettes électroniques, les règles chinoises relatives aux produits de vapotage s’appliqueront à ces exportations, y compris l’interdiction des arômes et de la nicotine synthétique.

    “Les produits de cigarettes électroniques non vendus en Chine et utilisés uniquement pour l’exportation doivent être conformes aux lois, réglementations et normes du pays ou de la région de destination”, indiquent les règles. “Si le pays ou la région de destination n’a pas de lois, réglementations et normes pertinentes, il doit se conformer aux lois, réglementations et normes pertinentes de la Chine.”

    Les changements les plus critiques localement dans les règles chinoises sont que le pays interdira désormais toutes les saveurs sans tabac. La Chine n’autorisera pas non plus la vente de systèmes ouverts, seuls les systèmes de pod fermés obtiendront l’approbation de commercialisation. L’importation de tout produit lié au vapotage, comme les e-liquides prémélangés, doit également être approuvée par les autorités chinoises, conformément à la réglementation.

    Toute entreprise qui produit des cigarettes électroniques en Chine doit désormais obtenir une licence. Si une entreprise souhaite étendre sa production ou son portefeuille de produits, elle doit obtenir l’approbation de la STMA. Toute la nicotine doit être dérivée du tabac et achetée auprès de vendeurs agréés en Chine, selon la réglementation. Les régulateurs chinois établiront également un système unifié de traçabilité des cigarettes électroniques pour renforcer la gestion de l’ensemble du processus des produits de vapotage.

    “Les entreprises de vente en gros de cigarettes électroniques ne doivent pas fournir de produits de cigarettes électroniques à des unités ou à des individus qui ne sont pas qualifiés pour s’engager dans des activités de vente au détail de cigarettes électroniques”, indique le règlement.

    Les règles stipulent également que « les entreprises ou les particuliers qui ont obtenu la licence de vente au détail du monopole du tabac… doivent acheter des produits de cigarettes électroniques auprès de… entreprises locales de vente en gros, et ne doivent pas exploiter exclusivement les produits de cigarettes électroniques vendus sur le marché. » Un expert de l’industrie a expliqué à Voix de vapeur que la déclaration signifie que tous les points de vente au détail doivent vendre plusieurs marques et pas seulement une seule marque. Traditionnellement, des magasins tels que RELX, le plus grand détaillant de vapotage en Chine, ne vendaient que ses propres marques.

    En outre, les autorités mettront en place une “plate-forme nationale unifiée de gestion des transactions de cigarettes électroniques” par laquelle les entreprises de l’industrie de la cigarette électronique qui ont obtenu des licences de monopole du tabac devront effectuer toutes les transactions. Il n’est pas clair si la Chine commencera également à sévir contre les fabricants de produits contrefaits destinés à l’exportation, cependant, les règles encouragent le signalement de ces fabricants et d’autres fabricants illégaux.

    “Des récompenses seront accordées aux unités et aux individus qui ont commis des actes méritoires en signalant des cas de production et de vente illégales de produits de cigarettes électroniques, de produits de matériel d’atomisation électronique et de nicotine de cigarette électronique”, indiquent les règles.

    Source

    La vape qui dérange

    Comprendre les enjeux politiques et idéologiques contre la cigarette électronique

    La vape est un outil de cessation tabagique, mais elle est attaquée de toutes parts. Si vous pensez que la cigarette électronique est dangereuse ou qu’elle ne marche pas, alors cet ouvrage va vous faire changer d’avis.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *