Étude de la clinique Mayo : les vapoteurs NE sont PAS plus susceptibles d’attraper le COVID

  • FrançaisFrançais


  • Malgré les terribles avertissements des militants de la lutte antitabac, rien ne prouve que le vapotage augmente le risque d’être infecté par le SRAS-CoV-2, le coronavirus qui cause le COVID-19. C’est la conclusion de une étude vient de paraître par un groupe de chercheurs de la Mayo Clinic dans le Journal des soins primaires et de la santé communautaire.

    L’équipe a analysé les données de plus de 69 000 patients qui ont visité les installations de Mayo entre septembre 2019 et novembre 2020, et a déterminé que “l’utilisation actuelle ou ancienne de cigarettes électroniques n’était pas associée au diagnostic de COVID-19”. Le statut de vapotage ou de tabagisme des patients a été vérifié par leurs médecins lors des visites.

    Les chercheurs ont également découvert que « les fumeurs actuels, mais pas les anciens, étaient moins susceptibles d’avoir un diagnostic de COVID-19 que les fumeurs n’ayant jamais fumé ». Ce constat rejoint des milliers d’études et d’ensembles de données du monde entier montrant que les fumeurs actuels sont moins susceptibles de consulter un médecin pour COVID-19 que les non-fumeurs. UNE méta-revue de plus de 200 études par des chercheurs britanniques sont arrivés à la même conclusion.

    Le résultat est exactement le contraire du récit avancé au cours des 15 derniers mois par les scientifiques anti-vapotage, les autorités de santé publique et les politiciens. Comme nous l’avons signalé début mars 2020, des opportunistes politiques comme le maire de New York, Bill de Blasio, affirmaient déjà – avec littéralement aucune preuve – que « si vous êtes un fumeur ou un vapoteur, cela vous rend plus vulnérable ».

    Plus tard en mars, le chirurgien général de l’époque, Jerome Adams, a émis l’hypothèse que le vapotage pourrait être la raison pour laquelle les infections à coronavirus américaines penchaient vers les plus jeunes que dans d’autres pays. Bien sûr, ils ne l’ont pas fait.

    Le 1er avril, le représentant américain Raja Krishnamoorthi a demandé à la FDA de « libérer temporairement le marché » des produits de vapotage, affirmant qu’il existait des preuves que le vapotage exacerbait le risque de coronavirus. « La réduction du nombre de fumeurs et de vapoteurs qui tombent malades du coronavirus les aidera non seulement, mais l’ensemble du système de santé », a écrit le membre du Congrès de l’Illinois.

    Plus tard en avril, la directrice du National Institute on Drug Abuse (NIDA), Nora Volkow, est entrée en action, avertissement sans preuve que « COVID-19 pourrait être une menace particulièrement grave pour ceux qui fument du tabac ou de la marijuana ou qui vapotent ».

    En juin, une organisation mondiale de la santé (OMS) mémoire scientifique dit cette preuve « suggère que le tabagisme est associé à une gravité accrue de la maladie et de la mort chez les patients hospitalisés COVID-19 ». Mais si quelque chose dans les cigarettes (probablement la nicotine) protège contre les complications graves du COVID, n’est-ce pas exactement ce qui se passerait lorsqu’un patient entre à l’hôpital et est obligé d’arrêter de fumer ?

    L’OMS a admis que « bien que probablement lié à la gravité, il n’y a aucune preuve pour quantifier le risque pour les fumeurs d’hospitalisation avec COVID-19 ou d’infection par le SRAS-CoV-2 » dans la littérature scientifique disponible.

    Les scientifiques qui ont commencé à rechercher les effets potentiellement protecteurs de la nicotine ont été mis au pilori par des organisations anti-tabac, les accusant d’être des outils de l’industrie du tabac. Pourtant, des essais cliniques avec des patchs à la nicotine étaient prévus dans un hôpital français.

    Les reportages les plus dommageables (et les plus manifestement malhonnêtes) sont survenus en août, après la militante anti-vapotage de Stanford Bonnie Halpern-Felsher et deux collègues a publié une étude qui prétendaient montrer que les adolescents et les jeunes adultes étaient cinq à sept fois plus susceptibles d’être testés positifs pour COVID-19 que les non-vapoteurs. Des centaines de médias à travers le pays ont lapé et régurgité les affirmations, mais peu ont creusé dans les détails de l’étude.

    Sur la base des données d’un sondage en ligne de début mai, l’étude a prétendu montrer que «le diagnostic de COVID-19 était cinq fois plus probable parmi les utilisateurs de cigarettes électroniques seulement, sept fois plus probable parmi les utilisateurs doubles. [people who smoke and vape], et 6,8 fois plus probable parmi les utilisateurs doubles des 30 derniers jours. »

    Mais quelque chose manquait : l’étude n’a montré aucune association entre vapotage exclusif actuel (ou fumeur exclusif) et COVID. Comment vapoter ou fumer à un moment donné dans le passé pourrait-il rendre un adolescent cinq fois plus susceptible de recevoir un diagnostic de COVID-19 qu’un vapoteur des 30 derniers jours, voire quotidiens ? Ce résultat n’indiquerait-il pas que le vapotage ou le tabagisme régulier protègent contre le COVID ?

    De plus, qui étaient tous ces adolescents qui ont subi des tests de coronavirus pendant les premières semaines de la crise, lorsque les tests étaient très difficiles à trouver et que la grande majorité des patients COVID hospitalisés étaient des personnes âgées et d’âge moyen ?

    Halpern-Felsher et ses co-auteurs ont refusé de fournir les nombres bruts de participants à l’enquête. Mais, en travaillant à rebours à partir des rapports de cotes publiés, l’Université de Louisville le chercheur Brad Rodu a estimé que les deux résultats époustouflants (cinq et sept fois plus probables) étaient basés sur seulement cinq et trois réponses au sondage. Autre réponses académiques à l’article remis en question les méthodes du document et les données elles-mêmes. Certains ont appelé à une rétractation.

    Malheureusement, il est peu probable que les organes de presse qui ont si joyeusement rapporté l’étude démystifiée de Halpern-Felsher essaient de corriger la compréhension du public du problème en décrivant la nouvelle recherche de la Mayo Clinic et en expliquant en quoi elle se heurte au document Halpern-Felsher sérieusement défectueux.

    Halpern-Felsher elle-même ne sortira certainement pas et admettra que son étude était un exemple flagrant de science indésirable. Ses partisans financés par Bloomberg non plus à la Campagne pour des enfants sans tabac et à PAVe ne le feront pas non plus. Et aucun des politiciens qui utilisent le vapotage pour adolescents comme générateur de publicité facile ne se rendra au micro pour s’excuser de leurs spéculations et de leurs mensonges.

    Et cela nous laisse là où nous étions avant la publication de l’étude de la Mayo Clinic.

    Source

    La vape qui dérange

    Comprendre les enjeux politiques et idéologiques contre la cigarette électronique

    La vape est un outil de cessation tabagique, mais elle est attaquée de toutes parts. Si vous pensez que la cigarette électronique est dangereuse ou qu’elle ne marche pas, alors cet ouvrage va vous faire changer d’avis.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *