La Commission européenne proposera une taxe minimale sur le vapotage à l’échelle de l’UE

  • FrançaisFrançais


  • La Commission européenne prévoit d’imposer une taxe d’accise minimale sur les produits de vapotage pour tous les États membres de l’Union européenne. La nouvelle taxe ferait partie de la directive révisée sur les accises sur le tabac (TED), qui pourrait également inclure un doublement de la taxe minimale sur les cigarettes et la première taxe sur les produits du tabac chauffé.

    La nouvelle était d’abord rapporté par le Financial Times, sur la base du contenu d’un projet de rapport de la Commission européenne (CE). Le document rapporte que, si le régime fiscal suggéré était adopté, la taxe minimale de l’UE sur les cigarettes doublerait, passant de 1,80 € à 3,60 € par paquet, et l’UE imposerait un droit de vente en gros minimum de 55 % sur les produits du tabac chauffé.

    Il n’y avait pas de détails substantiels sur la taxe sur la vape proposée. Le document rapporte que les produits de vapotage seront taxés en fonction de la teneur en nicotine, les produits “plus forts” étant soumis à un droit de vente en gros de 40% et les “vapes moins puissants” taxés à 20%. Il n’a pas expliqué ce que “plus fort” signifiait, et la proposition est particulièrement déroutante puisque l’UE limite la concentration de nicotine dans les vapos à 2 % (20 mg/mL).

    Les détails définitifs de la proposition de la CE devraient être annoncés en décembre. Pour être adopté, le prélèvement doit d’abord être approuvé par tous les États membres de l’UE. Contrairement à la directive sur les produits du tabac (TPD), qui établit des normes harmonisées pour le vapotage et les produits du tabac vendus dans l’UE, la TED n’est pas votée à la majorité du Parlement européen. Au lieu de cela, il ne peut être adopté qu’avec l’approbation unanime du Conseil de l’UE, un organe qui comprend un ministre de chaque État membre.

    Comme l’a rapporté Vaping360 en 2020, un tel régime fiscal pourrait s’effondrer lors des négociations du Conseil, en particulier si un grand pays influent (la France, par exemple) s’opposait à la taxe sur la vape. Mais l’opposition de n’importe quel pays pourrait faire dérailler le plan fiscal.

    Toute taxe sur la vape imposée serait un plancher, pas un plafond. En d’autres termes, chaque État membre de l’UE serait libre d’imposer une taxe plus élevée, mais pas moins élevée. Plus de la moitié des 27 pays membres de l’UE ont actuellement une sorte de taxe sur la vape dans les livres. Le plus grand et le plus riche membre de l’UE, l’Allemagne, est également le dernier à avoir approuvé une taxe sur les produits de vapotage. Sa taxe de 0,16 € par millilitre (qui passe progressivement à 0,32 € en 2026) est entrée en vigueur en juillet 2022.

    journal suédois Aftonbladet signalé que la Commission européenne a également proposé une taxe minimale sur le snus suédois, le tabac oral pasteurisé crédité d’avoir presque éliminé le tabagisme régulier chez les hommes suédois. Le rapport a provoqué un bref tollé en Suède devant la CE nié avoir l’intention de forcer la Suède à taxer le snusce qui est illégal dans tous les pays de l’UE à l’exception de la Suède.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    Rédacteur en chef, écorché vif, éternel raleur, conservateur et nationaliste. Parle parfois de vape.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *