La communauté des vapoteurs néo-zélandais applaudit l’application de la loi contre les détaillants de vapotage voyous

  • FrançaisFrançais


  • La zone problématique semble être les magasins de proximité qui ferment une partie de leurs magasins pour vendre des produits de vapotage.

    Les commentaires de Loucas font suite aux actions récentes du service national de santé publique de Te Whatu Ora, qui ces derniers mois a surveillé 39 détaillants à Canterbury, en effectuant des achats contrôlés.

    Le groupe a découvert que sept des détaillants n’avaient pas demandé d’identification, ce qui a entraîné la vente de vapes à un jeune de 16 ans. Cela enfreint la loi de 2020 modifiant la loi de 2020 sur les environnements sans fumée et les produits réglementés (vapotage), qui, si elle est violée trois fois, pourrait entraîner des poursuites pour les contrevenants.

    L’année dernière, l’AVCA était parmi les groupes locaux appelant publiquement à une plus grande application. « Les détaillants ont eu suffisamment de temps pour distinguer le bien du mal. Je respecte l’objectif initial du gouvernement de sensibiliser les détaillants à la nouvelle loi, mais il est maintenant temps de passer à l’application.

    Les magasins de vapotage spécialisés semblent être conformes

    Le groupe a souligné que la zone problématique semble être les magasins de proximité généralistes qui ferment une partie de leurs magasins pour vendre les produits et que les magasins spécialisés dans la vape semblent être conformes. «Ces supposés« magasins de vape »à une extrémité des laiteries ont besoin d’une plus grande surveillance avant d’être approuvés, puis d’une plus grande application. Dans l’ensemble, les réglementations issues de la législation sur le vapotage de 2020 fonctionnent bien, mais l’accès des jeunes reste un travail en cours », a-t-elle déclaré.

    Plus tôt cette année, l’AVCA a réitéré que la période d’éducation pour les propriétaires de laiteries voyous qui vendent des vapes aux mineurs “est expirée depuis longtemps”. « Oserais-je dire que ce sont surtout les dépanneurs qui reçoivent des avis d’infraction et des amendes. L’autre problème est qu’un trop grand nombre d’entre eux ont été autorisés à cloisonner une partie de leurs magasins pour devenir des détaillants spécialisés dans la vape, leur permettant de vendre une gamme complète de saveurs. Cette question nécessite une plus grande surveillance et une réévaluation de la part du régulateur, car franchement, ce ne sont pas des spécialistes », a déclaré Loucas.

    Les importateurs de vape néo-zélandais sont avertis des limites de niveau de nicotine

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    Rédacteur en chef, écorché vif, éternel raleur, conservateur et nationaliste. Parle parfois de vape.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *