La récente section des questions et réponses sur le vapotage de l’OMS qualifiée de “scandale absolu”

  • FrançaisFrançais


  • Une question clé que pose l’OMS est : « Les e-cigarettes sont-elles plus ou moins dangereuses que les cigarettes de tabac conventionnelles ? Compte tenu de toute la science indiquant la sécurité relative des vapos, l’OMS aurait dû répondre sans équivoque à cela par “moins”, mais ce n’est pas le cas.

    La coordonnatrice exécutive de CAPHRA, Nancy Loucas, a révélé que, malheureusement, la seule information précise dans la section Q et R est l’explication de ce que signifie l’acronyme ENDS : Electronic Nicotine Delivery Systems. Le reste, souligne-t-elle, consiste en des affirmations qui se sont avérées inexactes par la science.

    UN question clé que pose l’OMS est : « Les e-cigarettes sont-elles plus ou moins dangereuses que les cigarettes de tabac conventionnelles ? CAPHRA souligne que compte tenu de toutes les données scientifiques indiquant la sécurité relative des vapos, l’OMS aurait dû répondre sans équivoque à cette question par “moins”. Cependant, il place le vapotage et le tabagisme sur la même étagère, déclarant que “les produits du tabac et les ENDS présentent des risques pour la santé, et que l’option la plus sûre n’utilise ni l’un ni l’autre”.

    “Si vous étiez un fumeur désespéré d’arrêter de lire ce Q&A, vous continueriez probablement à fumer. L’OMS refuse de faire la différence entre vapoter et fumer. Au mieux, cela évite complètement de répondre à des questions très simples et directes. Plus encore, il livre mensonge après mensonge », a déclaré Loucas.

    “Le fait que l’OMS se pose même la question de savoir si vapoter est plus ou moins dangereux que fumer est une honte. Plutôt que de donner une réponse directe, l’OMS refuse de reconnaître la science internationale qui a confirmé à plusieurs reprises que le vapotage est considérablement moins nocif que le tabagisme », a-t-elle ajouté.

    Pendant ce temps, un nouvelle étude lancé au neuvième édition du Forum mondial sur la nicotine (#GFN22) ont indiqué une fois de plus que la mise en œuvre des mesures de lutte antitabac de l’OMS, connues sous le nom de MPOWER, n’était en aucune façon associée à des taux de mortalité liés au tabac plus bas en Europe. D’autre part, recherche indépendante également partagé lors de l’événement, a révélé que le passage du tabac au snus à la suédoise s’avère être une stratégie efficace pour réduire les méfaits du tabac.

    Le document examine les progrès liés au sevrage tabagique par pays

    De même, un récent livre blanc de 59 pages traitant d’études de cas menées dans plusieurs pays pour mesurer les progrès liés à l’arrêt du tabac a montré que ceux qui suivent les directives de l’OMS continuent de lutter avec des taux de tabagisme plus élevés.

    Intitulé « Vaping Works. Meilleures pratiques internationales : Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, France et Canada », la publication a été publiée par la Property Rights Alliance. Il consistait en quatre études de cas respectives de Christopher Snowdon (Institute of Economic Affairs, Royaume-Uni), Louis Houlbrooke (New Zealand Taxpayers’ Union, Nouvelle-Zélande), Patrick Coquart (IREF, France) et le professeur Ian Irvine (Université Concordia, Canada ), et a confirmé ce que les experts en santé publique ont souligné depuis le début.

    « Les pays qui appliquent des politiques progressives de réduction des méfaits du tabac connaissent une baisse significative des taux de tabagisme. Alors que ceux qui suivent les directives de l’Organisation mondiale de la santé continuent de souffrir de maladies et de décès excessifs liés au tabagisme », a déclaré la Coalition of Asia Pacific Tobacco Harm Reduction Advocates (CAPHRA).

    La coordinatrice exécutive de CAPHRA, Nancy Loucas, a déclaré que, heureusement, la publication de ces données importantes a coïncidé avec la convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT) qui a tenu sa tristement célèbre session COP9 en novembre dernier. “En fin de compte, ce document prouve que les pays qui adoptent le vapotage, comme la France, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande et le Canada, ont connu une diminution du taux de tabagisme deux fois plus rapide que la moyenne mondiale”, a-t-elle déclaré.

    Source

    La vape qui dérange

    Comprendre les enjeux politiques et idéologiques contre la cigarette électronique

    La vape est un outil de cessation tabagique, mais elle est attaquée de toutes parts. Si vous pensez que la cigarette électronique est dangereuse ou qu’elle ne marche pas, alors cet ouvrage va vous faire changer d’avis.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.