L’Afrique du Sud propose une nouvelle taxe sur les produits de vapotage

  • FrançaisFrançais


  • Le gouvernement sud-africain a annoncé hier qu’il proposera une nouvelle taxe sur les produits de vapotage qui entrera en vigueur l’année prochaine. Le gouvernement a annoncé son intention de taxer les e-liquides l’année dernière, en émettant un document de travail en décembre, et accepter les commentaires du public pendant plusieurs semaines.

    La nouvelle proposition fiscale a été décrit hier par le ministre sud-africain des Finances, Enoch Godongwana, dans le cadre d’un ensemble de taxes d’accise nouvelles et accrues sur le tabac, l’alcool et les produits à forte teneur en sucre. La taxe sur le vapotage sera incluse dans le projet de loi modifiant les lois fiscales de 2022 et pourrait être modifiée par le Parlement avant d’être finalisée. Le ministre des Finances dit qu’il sera en place d’ici le 1er janvier 2023.

    Le taux d’imposition proposé serait « d’au moins » 2,90 rands (environ 18,9 cents américains) par millilitre, selon Godongwana. Le montant proposé ajouterait plus de 11 $ au prix d’une bouteille de 60 ml de e-liquide, soit près de 19 $ à une bouteille de 100 ml. Elle s’appliquerait à tous les e-liquides, avec ou sans nicotine.

    La taxe proposée doublerait essentiellement le prix du e-liquide au détail, dans un pays où certaines marques de cigarettes vendre pour aussi peu que R10-18 (0,65-1,17 $) un paquet. Prévalence du tabagisme chez les adultes en Afrique du Sud était de 17,6 % en 2015mais les taux de tabagisme dans les zones à faible revenu sont beaucoup plus élevés.

    Le taux d’imposition de 2,90 rands/mL est presque exactement le chiffre suggéré dans l’une des trois options fiscales décrites dans le document de travail du gouvernement. Le taux est censé équivaloir à 40 % du prix de détail de la marque la plus populaire.

    La population de l’Afrique du Sud est d’environ 60 millions d’habitants. Il a la deuxième plus grande économie d’Afrique (après le Nigeria). Le pays n’a actuellement aucune règle spécifique sur les produits de vapotage, mais travaille sur une proposition visant à réglementer le vapotage dans le cadre de ses lois sur le tabac.

    Les fumeurs ont créé le vapotage sans aucune aide de l’industrie du tabac ou des croisés anti-tabac, et les vapoteurs ont le droit de continuer à innover pour s’aider eux-mêmes. Mon objectif est de fournir des informations claires et honnêtes sur les défis auxquels le vapotage est confronté de la part des législateurs, des régulateurs et des courtiers en désinformation. J’ai récemment rejoint le conseil d’administration de la CASAA, mais mes opinions ne sont pas nécessairement celles de la CASAA, et vice versa. Vous pouvez me trouver sur Twitter @whycherrywhy

    Source

    La vape qui dérange

    Comprendre les enjeux politiques et idéologiques contre la cigarette électronique

    La vape est un outil de cessation tabagique, mais elle est attaquée de toutes parts. Si vous pensez que la cigarette électronique est dangereuse ou qu’elle ne marche pas, alors cet ouvrage va vous faire changer d’avis.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.