Les leaders de la recherche sur le tabac appellent à une réinitialisation du débat sur le vapotage

  • FrançaisFrançais


  • Avec moins d’un mois avant que la FDA ne prenne des décisions sur l’autorisation des produits de vapotage, un nouvel article d’un groupe de leaders respectés de longue date de la lutte antitabac pourrait fondamentalement changer la conversation autour du vapotage. Il est destiné à faire exactement cela.

    L’article soutient que la compréhension du vapotage par le public a été empoisonnée par des intérêts puissants qui ont exagéré les risques des cigarettes électroniques pour les jeunes et largement ignoré les avantages potentiels du vapotage pour les adultes fumeurs. Les auteurs disent que les fumeurs adultes en tant que groupe sont devenus invisibles pour les groupes de lutte antitabac et les médias qui contrôlent la conversation à sens unique.

    L’article, publié aujourd’hui dans le Journal américain de santé publique, a été co-écrit par 15 anciens présidents de la Society for Research on Nicotine and Tobacco (SRNT), dirigé par le professeur émérite et doyen de l’École de santé publique de l’Université du Michigan, Kenneth Warner. Warner a présenté un résumé des conclusions plus tôt cette année lors du Sommet américain sur la cigarette électronique.

    Les auteurs sont parmi les plus respectés dans le domaine de la lutte antitabac. En plus de Warner, ils comprennent Neal Benowitz, Dorothy Hatsukami, Nancy Rigotti et Robert West, tous des noms familiers dans le monde de la lutte antitabac. Aucun d’entre eux ne peut être accusé d’être un fumeur de tabac ou de vapoteur, et aucun ne peut être rejeté comme non-expert.

    Bien que la valeur principale de l’article réside dans la réputation des personnes qui l’ont rédigé, il constitue également une revue de la littérature merveilleusement concise, présentant des preuves bilatérales sur la plupart des principaux problèmes de vapotage de l’heure dans un format facile à lire pour journalistes soumis à des délais.

    Les auteurs citent les preuves croissantes dans les études cliniques et de population que le vapotage aide les fumeurs à arrêter de fumer ; ils décrivent les baisses récentes des ventes de cigarettes qui correspondent à des augmentations de l’adoption du vapotage ; et ils notent que les politiques (telles que les taxes) qui réduisent l’attrait du vapotage augmentent le tabagisme, faisant des deux pratiques des substituts économiques.

    Ils contestent les preuves selon lesquelles le vapotage provoque une « épidémie » de dépendance à la nicotine chez les jeunes, citant des études qui ne montrent aucune augmentation de la dépendance à la nicotine au niveau de la population et très peu de vapotage fréquent chez les jeunes naïfs au tabac. Et ils citent des études montrant que “le vapotage détourne probablement plus de jeunes du tabagisme qu’il ne les encourage à fumer”.

    Les auteurs sont prudents en ce qui concerne le débat sur les saveurs, mais ils reconnaissent que les saveurs sont importantes pour les anciens fumeurs qui arrêtent avec le vapotage. “Alors que les interdictions d’arômes pourraient réduire l’intérêt des jeunes pour les cigarettes électroniques”, écrivent-ils, “elles pourraient également réduire le vapotage des fumeurs adultes pour arrêter de fumer.” Ils suggèrent de limiter les produits de vapotage aromatisés aux points de vente au détail réservés aux adultes, comme les magasins de vapotage.

    Bien que personne ne soit appelé par son nom, Warner et ses collègues sont vraiment dérangés par les tactiques de la campagne financée par Bloomberg pour les enfants sans tabac et leurs alliés qui ont exclu toute considération pour la vie des adultes qui fument de leur croisade politique. Les agences de santé publique comme la FDA et le CDC n’ont pas été beaucoup mieux.

    “Bien que les preuves suggèrent que le vapotage augmente actuellement le sevrage tabagique”, écrivent-ils, “l’impact pourrait être beaucoup plus important si la communauté de la santé publique accordait une attention sérieuse au potentiel du vapotage pour aider les fumeurs adultes, les fumeurs recevaient des informations précises sur les risques relatifs du vapotage et le tabagisme, et les politiques ont été conçues en gardant à l’esprit les effets potentiels sur les fumeurs. Cela ne se produit pas.

    Bon nombre des 34 millions d’adultes qui fument sont issus de populations à faible revenu ou à faible niveau d’éducation, et de groupes à risque comme les citoyens LGBTQ et les personnes souffrant de troubles mentaux. Les auteurs affirment que le vapotage pourrait aider ces groupes à atteindre la parité d’espérance de vie avec le reste de la population adulte. Cela fait du vapotage un problème de justice sociale, comme de nombreux défenseurs du vapotage l’ont déjà souligné.

    Les agences de santé publique et les organisations anti-tabac qui contrôlent le discours sur le vapotage ne considèrent tout simplement pas la vie des adultes qui fument comme faisant partie de la discussion. C’est comme s’ils n’existaient pas.

    « Pour les membres les plus privilégiés de la société, les fumeurs d’aujourd’hui peuvent être presque invisibles », écrivent Warner et ses collègues. « En effet, de nombreux Américains riches et instruits peuvent croire que le problème du tabagisme a été en grande partie ‘résolu’. Ils ne fument pas. Leurs amis et collègues ne fument pas. Il est interdit de fumer sur leurs lieux de travail, ni dans les restaurants et bars qu’ils fréquentent. Pourtant, 1 adulte américain sur 7 reste un fumeur aujourd’hui.

    Il est peu probable que l’article de Warner enseigne quelque chose de nouveau aux vapoteurs politiquement actifs sur ces problèmes, mais ce n’est pas la question. C’est un document qui doit être partagé avec les politiciens locaux et étatiques, cité dans des lettres à l’éditeur, lié dans les réponses aux publications anti-vapotage sur les réseaux sociaux et (métaphoriquement) griffonné sur les murs des agences de santé publique.

    Source

    La vape qui dérange

    Comprendre les enjeux politiques et idéologiques contre la cigarette électronique

    La vape est un outil de cessation tabagique, mais elle est attaquée de toutes parts. Si vous pensez que la cigarette électronique est dangereuse ou qu’elle ne marche pas, alors cet ouvrage va vous faire changer d’avis.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *