L’interdiction des saveurs de Californie contestée devant le tribunal

  • FrançaisFrançais


  • Plusieurs sociétés de tabac et de vapeur affiliées à RJ Reynolds se sont associées à des détaillants de la région de San Diego et à un magasin de vapotage pour contester la proposition 31 de la Californie devant un tribunal fédéral. La poursuite a été déposée mercredi, un jour après que les électeurs californiens ont approuvé à une écrasante majorité la proposition 31, qui interdit la vente en magasin de la plupart des produits de vapotage et de tabac aromatisés.

    Les plaignants demandent au tribunal d’invalider la loi que les électeurs ont approuvée mardi, qui, selon eux, viole les clauses de suprématie et de commerce de la Constitution, et d’interdire définitivement à l’État d’appliquer l’interdiction des saveurs. Ils demandent également une injonction temporaire empêchant l’État de promulguer l’interdiction des saveurs jusqu’à ce que l’action soit réglée.

    Le procès a été déposé devant le tribunal de district américain du district sud de la Californie. Les plaignants sont RJ Reynolds Tobacco Company, RJ Reynolds Vapor Company, American Snuff Company, LLC, Santa Fe Natural Tobacco Company, Inc. ; Modoral Brands Inc., Neighborhood Market Association, Inc. et Morija, LLC (Vapin’ the 619). (À l’exception des deux derniers, tous les plaignants sont des filiales de Reynolds American Inc., qui appartient elle-même à British American Tobacco.)

    Les mêmes plaignants ont intenté une action en justice en 2020 pour contester l’interdiction des saveurs adoptée par l’Assemblée de Californie cette année-là, mais l’action en justice a été débouté par le tribunal après que l’interdiction a été reportée (une campagne de collecte de signatures a forcé avec succès la loi à un référendum). (La proposition 31 demandait aux électeurs d’approuver l’interdiction des arômes adoptée par l’Assemblée en 2020.)

    Reynolds et ses collègues plaignants affirment que la loi californienne est préemptée par la loi fédérale, en particulier la loi de 2009 sur le contrôle du tabac (TCA), qui empêche les gouvernements des États et locaux d’adopter des normes sur les produits du tabac (bien qu’ils soient autorisés à réglementer les ventes). Les plaignants affirment que l’interdiction des saveurs est une norme de produit.

    Parce que la loi fédérale a préséance, les plaignants soutiennent que l’interdiction californienne – parce qu’elle est plus large que les restrictions de saveur approuvées par le Congrès dans le TCA – est illégale en vertu de la clause de suprématie de la Constitution. Le Congrès a accordé à la FDA le pouvoir exclusif de promulguer des normes pour les produits du tabac.

    En fait, la loi californienne approuvée par les électeurs en tant que Prop 31 interdit la vente de tous les produits de tabac à vapeur aromatisés et chauffés, y compris ceux spécifiquement autorisés par la FDA comme «appropriés pour la protection de la santé publique», et même les produits ayant déjà reçu une désignation de risque modifiée. par les régulateurs fédéraux (recharges IQOS menthol et snus aromatisé).

    Reynolds dit également que l’interdiction des saveurs de la Californie tente de réglementer les fabricants hors de l’État, violant la clause de commerce dormante de la Constitution.

    Reynolds a précédemment contesté une interdiction de saveur similaire adoptée par la ville de Los Angeles et perdue devant le tribunal et à nouveau en appel devant le Ninth Circuit Court. Cette décision a été portée en appel devant la Cour suprême des États-Unis, qui n’a pas encore décidé de l’accepter ou non.

    Reynolds et ses co-plaignants ont reconnu dans le procès de mercredi que le tribunal de district est actuellement lié par la décision du neuvième circuit dans l’affaire de Los Angeles. Mais ils soutiennent que cela a été décidé à tort (citant une opinion dissidente) et affirment que, même selon l’interprétation par le neuvième circuit de la clause de préemption du TCA, l’interdiction des saveurs californiennes est considérée comme une exigence liée aux «normes des produits du tabac» car elle réglemente explicitement le processus de fabrication.

    La présidente de l’American Vapor Manufacturers Association (AVM), Amanda Wheeler, a déclaré à Vaping360 aujourd’hui que le cabinet d’avocats de Washington, DC, Keller Heckman, prépare des mémoires d’amicus à l’appui des deux poursuites au nom d’AVM et de plusieurs détaillants de vapotage californiens.

    Les détracteurs du procès disent que Reynolds sait qu’il ne peut pas gagner l’affaire, mais reporte cyniquement l’interdiction aussi longtemps que possible afin de vendre autant de cigarettes mentholées que possible avant que la loi n’entre en vigueur. Reynolds fabrique Newport, la première marque de cigarettes au menthol du pays.

    Source

    La vape qui dérange

    Comprendre les enjeux politiques et idéologiques contre la cigarette électronique

    La vape est un outil de cessation tabagique, mais elle est attaquée de toutes parts. Si vous pensez que la cigarette électronique est dangereuse ou qu’elle ne marche pas, alors cet ouvrage va vous faire changer d’avis.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *