Réflexions personnelles sur le vapotage en 2023

  • FrançaisFrançais


  • Comme c’est une nouvelle année, je voulais partager quelques réflexions personnelles. Mes éditeurs heureusement obligés. Ceci n’est pas une colonne d’adieu.

    Quelques petites semaines se sont écoulées et nous sommes bien en cours avec 2023. 2022, je dois dire, a été très mouvementée.

    Aux États-Unis, nous avons de nouveau survécu à la saison des élections de mi-mandat de 2022 qui a vu la Chambre des représentants américaine inférieure passer du Parti démocrate au Parti républicain.

    Je suis finalement retourné à la fin de l’année dernière dans une salle de rédaction qui regardait le grand empire du vapotage de Juul Labs s’effondrer.

    Les démocrates ont conservé leur faible majorité au Sénat américain.

    Prés. Joe Biden fait face aux deux dernières années de son mandat, l’intention du titulaire de se présenter à l’élection présidentielle de 2024 étant toujours en suspens. Franchement, une série de scandales politiques récents qui ont frappé Biden et son âge font de lui un choix difficile pour les démocrates.

    Ce n’est pas comme si le parti de droite GOP devenu xénophobe était meilleur. Ancien Prés. Donald Trump, un homme que je déteste non seulement pour son hypocrisie sur le vapotage et la réduction des méfaits du tabac, mais aussi pour ses théories du complot entourant sa perte en 2020, sera probablement passible de sanctions pour ses crimes et n’a que peu ou pas de chance de véritable succès politique en l’avenir prévisible. C’est le cas pour 2024, où il se fera botter les fesses par des républicains (que je déteste aussi) plus sympathiques et éligibles que lui.

    Considérant les variables

    Les variables sont beaucoup à considérer. Mais bon sang… Je digresse. 2023 est une nouvelle année avec des défis nouveaux et anciens ayant un impact direct sur le vapotage. C’est drôle, j’ai commencé à travailler sur la question du vapotage en 2018. J’ai rejoint la version anglaise de Poste de vapotage en tant que chroniqueur en 2019. C’est plus de quatre années de loyaux services pour vous, chers lecteurs.

    Après avoir pris une pause dans mon travail éditorial ici à Poste de vapotage pour me concentrer sur d’autres projets pendant une grande partie de 2022, je suis finalement retourné à la fin de l’année dernière dans une salle de rédaction qui regardait le grand empire du vapotage de Juul Labs s’effondrer incroyablement sur la scène nationale. Franchement, je ne pourrais pas être plus heureux des problèmes de Juul Labs.

    la grande majorité des produits de vapotage que vous trouvez derrière le comptoir de votre dépanneur, laiterie ou bodega local appartiennent tous aux plus grands fabricants de tabac au monde.

    J’ai longtemps annoncé l’ancien grand fabricant de vapotage, même dans ma défense et ma critique de l’entreprise, comme le “Walmart du vapotage”. Juul n’a connu un succès fulgurant que lorsque Altria Group a acquis plus d’un tiers de la société il y a quelques années à peine.

    Cela a fait de Juul Labs une valeur de milliards de dollars. Depuis lors, Juul Labs – le marché du vapotage dans son ensemble – a été témoin d’un cas de changement si dramatique que l’environnement commercial de la fin des années 2010 n’est plus qu’un souvenir de ce qui aurait pu être un point culminant.

    Un marché en pleine mutation

    Maintenant, Juul est une coquille de lui-même. Avec la date limite de dépôt des demandes de produits du tabac avant la commercialisation de la Food and Drug Administration en 2020, l’industrie du vapotage a implosé sur elle-même. Les boutiques familiales considéraient le fardeau réglementaire de la loi de 2009 sur le contrôle du tabac et les exigences pour demander et obtenir l’approbation de la PMTA comme trop coûteuses et d’une grande portée.

    Seules les grandes entreprises disposant de l’argent et de la capacité d’attendre de longues périodes pour que les approbations PMTA soient accordées pour chaque composant de leurs produits ont survécu. Maintenant, les fabricants de vapotage les plus importants sont les compagnies de tabac – des entités que les vapoteurs et ceux qui ont lancé l’industrie du vapotage telle que nous la connaissons détestaient.

    Maintenant, regardez le marché. Juul existe toujours, oui. Du moins, c’est après que l’entreprise a subi l’un des coups réglementaires les plus approfondis que j’aie jamais vus dans ma carrière de journaliste et d’analyste des politiques publiques. NJOY est toujours une entreprise indépendante, heureusement. Mais la grande majorité des produits de vapotage que vous trouvez derrière le comptoir de votre dépanneur, laiterie ou bodega local appartiennent tous aux plus grands fabricants de tabac au monde. Des entreprises comme celles-ci incluent RJ Reynolds, Altria, Imperial Brands et Philip Morris International. C’est aussi assez triste si cela ne vous dérange pas que j’ajoute.

    Un scénario malheureux

    Mais comment en sommes-nous arrivés là ? Était-ce réglementaire ? Était-ce de la politique ?

    La réglementation et la politique contribuent à notre situation actuelle, mais ce qui nous met dans la situation difficile à laquelle nous sommes confrontés, c’est l’argent.

    L’argent est le pouvoir. Le pouvoir se traduit en politique. La politique se traduit par la réglementation. L’argent est collecté par la peur fabriquée et les paniques morales de personnes qui ne comprennent pas un problème particulier ou qui sont simplement de purs cyniques. Et le cycle répond et recommence.

    Le vapotage indépendant était autrefois l’avenir du développement et de l’innovation sur ce marché. Maintenant, ceux qui choisissent la vape indépendante plutôt que la vape appartenant au tabac doivent se fier aux intentions des compagnies de tabac qui veulent adopter un avenir « sans fumée » tout d’un coup. Appelez-moi un hypocrite ou un cynique moi-même. Cependant, la durée de vie d’un produit qui n’est pas soutenu par une grosse somme d’argent de démarrage pour le sauvegarder est beaucoup plus courte qu’un produit qui a ce soutien.

    Seules les grandes entreprises disposant de l’argent et de la capacité d’attendre de longues périodes pour que les approbations PMTA soient accordées pour chaque composant de leurs produits ont survécu.

    Dans une petite ville du Colorado près de chez moi, il ne reste qu’un seul magasin de vapotage en activité.

    Ils mélangent des liquides, vendent d’autres marques indépendantes et remplissent même leurs propres dosettes pour les systèmes fermés.

    Il y a à peine deux ans, avant la pandémie de Covid-19, il y avait quatre boutiques de vapotage qui se faisaient concurrence et offraient aux quelques vapoteurs de cette ville une véritable variété de produits qui aidaient à l’arrêt du tabac pour des centaines de personnes.

    Maintenant, le magasin de vapotage qui reste a du mal à survivre.

    La propriétaire, une amie chère, m’a confié qu’elle n’avait d’autre choix que de fermer à la nouvelle année.

    Elle a épuisé ses options pour garder sa boutique ouverte.

    Elle a un plan de secours. Elle possède une petite ferme de cannabis autorisée en ville qui fera vivre sa famille pour le moment.

    Mais le fait est qu’elle a consacré sa vie à sa boutique de vapotage – des dizaines de milliers de dollars de son argent investis dans l’entreprise, traversant toute la pandémie sans salaire pour payer son personnel, plaidant pour la justice sociale et étant simplement l’inspiration elle l’est pour sa communauté et sa famille. Cela la définit. C’est une partie d’elle.

    Quand est-ce que la vie est trop?

    Maintenant, que doit-elle faire ?

    Je suppose qu’elle ira « bien » avec son commerce de cannabis.

    Elle a les moyens de subvenir aux besoins de ses enfants.

    Mais, la dernière fois que je l’ai vue, elle s’est effondrée devant moi et m’a dit que si elle perdait son magasin de vapotage, une grande partie d’elle mourrait avec l’entreprise qui définissait non seulement son identité et ses revenus mais (à ses yeux) sa valeur en tant qu’être humain.

    Je pense qu’elle est plus digne d’un humain que moi. Cependant, vous ne pouvez pas changer l’avis de quelqu’un aussi facilement. Et cela double si cette personne attribue sa valeur à ses manifestations matérielles.

    J’espère que vous vous joindrez à moi dans la nouvelle année alors que je mets encore plus l’accent sur le vapotage indépendant dans mon journalisme pour Vaping Post.

    J’essaie d’arriver à cette conclusion : Mon amie ne blâme pas les gros tabacs pour ses défis actuels.

    Je ne blâme pas non plus le gros tabac en soi.

    Je blâme un système qui fait passer l’argent – des milliards de dollars – avant les propriétaires de petites entreprises honnêtes de tous les horizons.

    Vous devez saupoudrer dans la politique, la réglementation, Biden, cet idiot de Trump et la peur fabriquée. Et voila.

    Nous devons continuer à nous battre en 2023 et en 2024.

    En tant que communauté, nous devons nous unir pour défendre le vapotage, les propriétaires de petites entreprises, le segment en plein essor du vapotage de marijuana, et bien plus encore. Je prends rarement une position aussi agressive.

    Le temps de renouveler la défense du vapotage indépendant est arrivé.

    J’espère que vous vous joindrez à moi dans la nouvelle année alors que je mets encore plus l’accent sur le vapotage indépendant dans mon journalisme pour Poste de vapotage. Restez à l’écoute.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    La Rédaction

    Rédacteur en chef, écorché vif, éternel raleur, conservateur et nationaliste. Parle parfois de vape.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *