Singapour: quatre peines de prison pour la vente de vapes

  • FrançaisFrançais


  • Le gouvernement de Singapour a annoncé aujourd’hui qu’il avait condamné huit personnes depuis novembre 2020 pour vente de produits de vapotage, infligeant des amendes et des peines de prison. Un homme de 25 ans a été reconnu coupable de possession simple et condamné à une amende.

    Les huit vendeurs ont été condamnés à une amende totale de 172500 dollars singapouriens (environ 128000 dollars américains), un récidiviste condamné à une semaine de prison et à une amende de 61000 dollars singapouriens, selon un communiqué de presse. La Singapore Health Sciences Authority (HSA) a poursuivi les cas, qui se sont produits entre novembre 2020 et février de cette année.

    Quatre des condamnés n’ont pas payé leurs amendes et ont été contraints de purger des peines de prison allant de 22 à 122 jours.

    Après avoir interdit la vente de produits de vapotage en 2011 (avec une loi sur les «produits à fumer imitation»), Singapour a ajouté une interdiction de possession et d’utilisation en 2018. Vendeurs du marché noir trouve généralement des clients sur les réseaux sociauxet vendez par courrier, sur des sites Web contextuels ou lors de réunions en face à face.

    Mais malgré les interdictions de vente et de possession, la riche nation insulaire abrite un marché noir florissant des appareils de vapotage et des e-liquides. Entre janvier 2018 et février 2021, la HSA affirme avoir poursuivi 43 personnes pour vente de vapes. Des centaines de milliers de dollars d’amendes ont été imposées, dont une amende unique de 99 000 dollars singapouriens (environ 74 000 dollars américains) pour la vente de produits de vapotage en ligne.

    De nombreux pays asiatiques ont interdit la vente de produits de vapotage, invoquant souvent la position anti-réduction des risques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de son bras anti-tabac la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLAT) comme motivation.

    Une récente enquête parlementaire britannique a recommandé que le gouvernement britannique retienne le financement de la CCLAT en réponse à l’opposition de l’organisation de traité aux mesures de réduction des méfaits du tabac. La FCTC et les autres opérations de lutte antitabac de l’OMS sont fortement influencées par les organisations de lutte antitabac anti-vapotage financées par le milliardaire américain Michael Bloomberg.

    Le mois dernier, le groupe de consommateurs de nicotine INNCO a publié un document de position contestant l’opposition des groupes de santé contrôlés par Bloomberg à la réduction des méfaits. Peu de temps après, une lecture largement diffusée article dans The Chronicle of Philanthropy a remis en question l’influence de Bloomberg Philanthropies sur la lutte antitabac et sa position anti-vapotage.

    Source

    La vape qui dérange

    Comprendre les enjeux politiques et idéologiques contre la cigarette électronique

    La vape est un outil de cessation tabagique, mais elle est attaquée de toutes parts. Si vous pensez que la cigarette électronique est dangereuse ou qu’elle ne marche pas, alors cet ouvrage va vous faire changer d’avis.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *