Agnès Buzyn dit NON à la vape ou l’anti-science dans toute sa splendeur

Agnès Buzyn est une ennemie de la vape et de la science en supprimant un groupe de travail sur le vapotage.

Agnès Buzyn ne risque pas de compter parmi les amis des vapoteurs. Dans une réponse au Sénat face à une question sur une initiative appelée le Groupe de Travail “Vapotage”, la ministre de la Santé supprime ce groupe et coupe net à toutes les tentatives de l’industrie de la vape d’avoir de bonnes discussions et négociations avec les autorités de santé. C’est en mode : C’est fermé, circulez, y a rien à voir !

La réponse d’Agnès Buzyn est affligeante de Nov Langue et de mensonges. Car selon cette pétasse, le groupe de vapotage a été inclus dans le cadre du Programme national de réduction du tabagisme (PNRT). Cela permet de proposer la vape dans des trucs comme le Mois sans tabac (le truc complètement con des gouvernements pour faire croire qu’ils luttent contre le tabagisme). Et elle ajoute que ce groupe de la vape a été spécifiquement conçu pour adapter les règles de la TPD au niveau national. Ce qui est un mensonge aussi, car ce groupe avait vocation de travailler avec le gouvernement sur le long terme.

Quand à l’absence des études scientifiques sur les bienfaits de la vape, c’est une plaisanterie de mauvais gout. Quand on regarde de grands échantillons et sur le long terme, la vape permet une cessation tabagique très efficace. Mais évidemment, quand la clope te donne 15 milliards d’euros chaque année, il est évident qu’Agnès Buzyn et ses sbires font tout faire pour détruire la vape. Ou plutôt, ils veulent détruire la vape telle qu’on la connait et la remplacer, dans quelques années, par un produit médicalisé, 10 fois plus cher et uniquement disponible en pharmacie. Je le répète souvent, Big Pharma est un ennemi bien plus dangereux que Big Tobacco, car Big Tobacco veut entrer dans les boutiques de vape alors que Big Pharma veut les fermer. Choisissez votre camp.

Agnès Buzyn fait également preuve d’une mauvaise foi absolue en dénigrant les britanniques qui deviennent de plus en plus pro-vape. Mais attention, la tendance de la vape britannique va également dans le médical. Ainsi des chercheurs ont proposé que le NHS, l’équivalent de la Sécu en Angleterre, remboursent partiellement des produits de la vape. Ensuite, d’autres ont proposé que les boutiques de vape deviennent des aides pour le sevrage tabagique. Ce sont de bonnes initiatives en apparence, mais en fait, cela pointe vers la médicalisation de la vape. Le NHS rembourse des produits pharmaceutiques et si les boutiques de vape veulent être des aides reconnues par le NHS, avec peut-être des subventions à la clé, alors il faut que leur personnel possède une formation médicale.

Toutefois, cela reste dans le bon sens tandis qu’Agnès Buzyn, comme de nombreuses autorités françaises, font preuve d’un déni absolu. De la à se poser aussi des questions sur les associations de vape, car elles n’ont absolument rien pu faire. Si vous pouvez vous faire décapiter avec quelques lignes dans une audience au Sénat, c’est que vous n’avez jamais eu le moindre poids face aux autorités. Le boycott systématique et le maquis en mode : On fait ce qu’on veut semble être la meilleure réponse face à l’anti-science proposé par le ministère de la Santé en France.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

Pour me contacter personnellement :

J'ai arrêté de fumer grâce à la vape depuis :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *