Les responsables de l’UE reprennent l’examen des demandes de nouveaux aliments CBD après avoir abandonné leur position sur les stupéfiants

  • FrançaisFrançais


  • Publié il y a 4 heures

    Les régulateurs européens ont repris leur examen des nouvelles demandes d’autorisation alimentaire pour les produits CBD après que la commission a abandonné sa position préliminaire selon laquelle le cannabidiol devrait être traité comme un stupéfiant.

    La Commission européenne, le bras exécutif de l’Union européenne, affirme que le changement intervient après une décision de justice historique selon laquelle la CDB devrait être librement échangée entre les États membres, au lieu d’être limitée en tant que stupéfiant.

    Stefan De Keersmaecker, porte-parole de la commission pour la santé publique et la sécurité alimentaire, a confirmé que la Commission européenne avait changé d’avis sur le CBD, qui était basé sur une lecture stricte d’un traité international sur les drogues de 1961.

    Les cannabinoïdes dérivés du chanvre, y compris le CBD, ont été ajoutés au catalogue des nouveaux aliments de l’UE en janvier 2019. Cela signifie que les aliments et les compléments au CBD doivent être évalués pour la sécurité des consommateurs et demander l’autorisation des autorités de l’UE pour les mettre sur le marché.

    En juillet, les autorités de l’UE ont suspendu l’examen de plus de 50 demandes d’autorisation alimentaire nouvelle d’ingrédients CBD, car elles ont évalué si la définition du cannabis du traité de 1961 signifiait que le CBD – en tant qu’extrait de cannabis – était également une drogue.

    La commission a reçu une contribution décisive sur la question le mois dernier, lorsque cinq juges de la plus haute juridiction de l’UE ont déclaré que le CBD pouvait être échangé librement entre les États membres de l’UE car ce n’était pas un stupéfiant. Les juges ont fondé leur décision sur une lecture large du traité antidrogue de 1961, affirmant que le CBD dérivé de la plante entière de chanvre n’était pas un stupéfiant au sens du «but et de l’esprit général» du traité.

    L’arrêt de la Cour de justice était contraignant et créait un précédent pour tous les États membres et institutions de l’UE.

    Le commentaire complet de De Keersmaecker, fait jeudi à Bruxelles, peut être entendu ci-dessous.

    Catégories: Briefs, CBD Products & CBD Business News, International News, Regulatory

    Source

    La vape qui dérange

    Comprendre les enjeux politiques et idéologiques contre la cigarette électronique

    La vape est un outil de cessation tabagique, mais elle est attaquée de toutes parts. Si vous pensez que la cigarette électronique est dangereuse ou qu’elle ne marche pas, alors cet ouvrage va vous faire changer d’avis.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *