Pourquoi le référendum sur le cannabis en Nouvelle-Zélande a-t-il échoué?

  • FrançaisFrançais


  • Le mois dernier, les habitants de la Nouvelle-Zélande ont été invités à participer à un moment politique historique – le référendum sur la légalisation du . Les Néo-Zélandais ont offert un soutien croissant aux réformes du cannabis au cours des dernières années, les défenseurs de la légalisation se tournant vers le Canada et la légalisation en cours aux États-Unis pour s’inspirer du projet de loi sur le cannabis.

    Cependant, le jour du scrutin, le soutien à la légalisation du cannabis dans le pays a échoué menant à une défaite serrée. Alors, pourquoi le référendum sur le cannabis a-t-il échoué?

    Le 21 octobre, les Néo-Zélandais se sont rendus aux urnes, non seulement pour choisir (ou dans ce cas, conserver) leur gouvernement et leur Premier ministre, mais aussi pour décider si l’euthanasie et le cannabis devaient être légalisés. Contrairement au référendum sur l’euthanasie, le référendum sur le cannabis était non contraignant, ce qui signifie que le gouvernement n’avait pas à accepter le résultat du vote.

    Malgré des partisans de premier plan en faveur de la légalisation du cannabis, comme l’ancien Premier ministre Helen Clarke, le projet de loi sur le cannabis a été rejeté lors d’un vote extrêmement serré. Après le décompte des votes spéciaux, il a été révélé la semaine dernière que 48,4% des électeurs étaient en faveur de la légalisation tandis que 50,7% étaient contre.

    Certains experts et politiciens ont offert leurs réflexions sur les raisons pour lesquelles le référendum sur le cannabis a échoué.

    Selon David Seymour, dans une entrevue avec le programme d’information sur le petit-déjeuner en Nouvelle-Zélande, c’était une «erreur tactique» de soumettre la question à un référendum.

    «Je pense que c’était une erreur tactique d’opter pour un référendum. Les chiffres n’étaient pas là selon la recherche d’opinion publique et la perte était prévisible,

    «Je pensais que c’était mieux que ce à quoi je m’attendais en fait, d’après ce que le sondage a dit et peut-être que cela reflète que Chlöe [Swarbrick] a mené une bonne campagne. Je ne sais pas ce que pensaient les électeurs.

    David Seymour interviewé dans l’émission Breakfast de TVNZ 1

    Seymour a révélé qu’il avait soutenu la légalisation du cannabis lors du référendum, mais a exprimé son opinion selon laquelle une approche différente aurait dû être envisagée.

    Bien que le modèle de légalisation du cannabis mis en œuvre au Canada ait manifestement joué un rôle important dans le projet de loi, Seymour a soutenu qu’il aurait fallu faire plus sur ce front.

    «Ce que nous aurions dû faire, c’est envoyer des commissaires royaux au Canada, découvrir les faits – est-ce que plus de jeunes fument? Découvrez comment cela fonctionne, être sur le lieu de travail et consommer du cannabis; Ce sont toutes des questions que les gens se posent.

    Fiona Hutton, professeure agrégée à l’Institut de criminologie de l’Université de Victoria, Nouvelle-Zélande, a exprimé sa déception face aux résultats du référendum du mois dernier. Dans son article, publié dans le Guardian, Hutton a écrit:

    «Il est peut-être vrai que le cannabis et d’autres questions liées à la justice pénale ne devraient jamais être tranchées par référendum – elles sont tout simplement trop ouvertes à la désinformation basée sur le sensationnalisme, en particulier à l’ère des fausses nouvelles et des gros titres.

    Hutton – probablement avec beaucoup d’autres – estime que le référendum sur le cannabis en Nouvelle-Zélande a été une victoire pour «la peur et la désinformation sur le cannabis».

    Suite à l’échec du projet de loi sur le cannabis, il est peu probable que la question de la légalisation soit à nouveau soulevée en Nouvelle-Zélande dans un proche avenir. Pourtant, la proximité du vote peut avoir des implications positives pour les réformes de la drogue dans le pays, bien que la première ministre réélue, Jacinda Ardern, ait révélé que ces réformes ne s’étendent pas à la légalisation ou à la décriminalisation.

    Source

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

    Pour me contacter personnellement :

  • Whatsapp : +261341854716
  • Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine
  • Mon compte Facebook
  • Mon compte Twitter
  •  

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *