Est-ce que vous devez vous inquiéter du diacétyl dans la vape ?

Semevent / Pixabay

Ne paniquez pas! Vous avez peut-être entendu dire que la dans la était la pire chose depuis la peste, mais prenons du recul, respirons à fond et jetons un regard honnête sur ce qui se passe. Il y a beaucoup d’hyperbole et de sensationnalisme chez les critiques de vapotage. Le diacétyle est également utilisé comme un argument marketing, avec le “sans”, alors qu’il n’y a rien à craindre en soi. Cela ne veut pas dire que le diacétyle est quelque chose que vous devriez ignorer.

Le diacétyle dans la vape

La frénésie médiatique à propos du diacétyle dans les e-liquides a débuté par une étude de l’Université de Harvard qui a révélé que le diacétyle était présent dans 75 % des marques de e-liquides qu’elles avaient testées. Nous allons expliquer comment le diacétyle entre dans certains e-liquides.

Qu’est-ce que le diacétyle ?

Le diacétyle est un composé organique qui est un liquide vert jaunâtre de formule chimique CH3CO2. Ça a le goût du beurre. Avec l’acétoïne, le diacétyle est le produit chimique qui donne son goût au beurre. En fait, il s’agit d’un sous-produit du processus de fermentation utilisé pour la fabrication de produits laitiers et autres. Par exemple, vous trouverez du diacétyle dans les boissons alcoolisées.

Le diacétyle est considéré comme sans danger pour la consommation humaine. En plus d’être présent dans les boissons lactées et alcoolisées, le diacétyle est utilisé comme aromatisant au beurre dans d’autres produits alimentaires. C’est ce qui fait que le margarin a le goût du beurre. Manger du diacétyle est considéré comme parfaitement sûr. Bien que vous puissiez manger des aliments contenant du diacétyle en quantité suffisante sans aucun problème, c’est à l’inhalation du diacétyle qui a déclenché la cabale médiatique.

Le poumon popcorn (Popcorn lung)

Le poumon popcorn ou , est une maladie pulmonaire grave. Les dommages causés au tissu pulmonaire emprisonnent l’air à l’intérieur des poumons et rendent la respiration difficile. Le nom provient d’incidents de la maladie survenus chez des travailleurs d’une usine de pop-corn à micro-ondes. Le CDC a déterminé que la cause provenant des vapeurs de diacétyle utilisé pour l’aromatisation du beurre.

L’analyse a montré que les ouvriers de l’usine de pop-corn travaillaient dans une région où le taux de diacétyle dans l’air était mesuré à 18 parties par million. L’exposition constante à long terme à ce niveau a été jugée dangereux pour la santé.

À la suite de l’analyse du diacétyle par le CDC, l’OSHA a mis en place des dispositions permettant aux travailleurs des usines de pop-corn de porter un équipement de protection afin d’éviter l’inhalation de diacétyle. Il y avait aussi un cas d’un homme du Colorado contractant la maladie respiratoire après avoir mangé du maïs soufflé au micro-ondes chaque jour pendant dix ans. Le diacétyle est bon à consommer, mais inhaler trop de vapeurs de diacétyle est un autre problème.

La relation entre l’inhalation de diacétyle et la bronchiolite oblitérante est la raison pour laquelle l’étude de Harvard a sonné l’alarme concernant un problème potentiel de formation de vapeurs de diacétyle dans les e-liquides. Le poumon de pop-corn est très rare, avec seulement quelques cas en plus de ceux déjà mentionnés, il semble donc que l’avertissement contre le diacétyle provenant de vapotage soit prématuré.

L’étude de Harvard sur le diacétyle présent dans les e-liquides

Des chercheurs de l’université de Harvard ont trouvé du diacétyle dans 75 % des e-liquides testés. Ils ont testé plusieurs arômes de chacune des 8 marques différentes. Il y avait des marques de e-liquides qui utilisaient le diacétyle à l’époque. S’ils testaient une marque qui utilisait du diacétyle, chaque parfum aurait un résultat positif, faussant les chiffres. Quand ils disent avoir trouvé du diacétyle dans 39 des 51 échantillons, gardez à l’esprit que ces 51 échantillons provenaient de seulement huit marques différentes.

L’étude de Harvard a effectivement trouvé du diacétyle dans 39 des 51 échantillons de liquides testés, mais seulement huit marques différentes. Les chercheurs n’ont pas conclu que l’inhalation de diacétyle provoquerait une maladie respiratoire. Ce qu’ils ont suggéré, c’est que leur découverte indiquait la nécessité de faire davantage de recherches. C’est très fréquent chez des études pourries. Ils vont créer une étude, avec un faible échantillon, créant des conclusions hasardeuses, et se dédouanant en disant qu’il faut plus de recherches. L’étude a été publié dans la revue  qui est notamment affilié au NIEHS. Cette revue est vraiment, mais vraiment pourrie, car les méthodes sont biaisées afin de toujours avoir des conclusions qui conviennent aux militants et aux marchands de peur. Notamment ceux qui ont une chimiphobie aigue. Et quand au NIEHS, on n’y trouve que des incompétents et des corrompus qui font peur à tout va.

Pour ajouter une certaine perspective, des études ont montré que, lorsque le diacétyle était détecté dans une vapeur, il était mesuré à une valeur élevée de 9,0 microgrammes. Le taux de diacétyle dans la fumée de tabac a été mesuré à 335,9 microgrammes. La fumée de cigarette expose les utilisateurs de tabac à des niveaux de diacétyle exponentiellement supérieurs à ceux de la vapeur de contenant du diacétyle. Et pourtant, on n’a pas un seul cas au monde où un fumeur a souffert de bronchiolite oblitérante alors qu’il absorbait 300 fois plus de diacétyle dans chaque bouffée de clope que dans un .

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

Pour me contacter personnellement :

J'ai arrêté de fumer grâce à la vape depuis :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *