La vape dans les pays pauvres est un problème de droits de l’homme

Des experts britanniques et Joseph Magero, qui promeut la réduction des substances addictives, ont appelé à une réduction du coût des cigarettes électroniques et de la afin de lutter contre les effets nocifs du dans les . Il s’agit d’une question urgente en matière de droits de l’homme selon une conférence sur le qui s’est tenue à Londres en septembre 2018.

La vape est exorbitante pour les pays pauvres

Helen Redmond, experte en toxicomanie à la Silver School of Social Work de l’Université de New York, a déclaré que les Américains ne devraient pas être les seuls à pouvoir se payer des produits à base de nicotine pour arrêter de fumer. Redmond a comparé les qualités médicinales de la nicotine au cannabis et a souligné la nécessité de proposer la vape aux plus pauvres, qui en ont le plus besoin.

C’est une question de respect des droits de l’homme, a-t-elle déclaré. La nicotine n’est pas une drogue, elle aide à lutter contre la dépression et l’anxiété. Des universitaires participant au Forum Globel sur le tabac et la nicotine 2018, qui s’est tenu à Londres du 11 au 14 septembre, ont appelé à davantage de recherches sur les bénéfices médicaux potentiels de la nicotine et à se concentrer sur le développement de produits innovants à base de nicotine qui fourniront un environnement sans fumée afin de réduire les effets nocifs de la cigarette.

Le vicomte Matt Ridley, auteur et membre de la Chambre des lords, a rejoint le groupe d’experts dans le développement du sujet de la , affirmant que l’assujettissement de la cigarette électronique aux droits de l’homme. Nous devrions traiter la vape de la même manière que nous traitons les téléphones portables, a déclaré Ridley. Le meilleur moyen d’amener les gens à renoncer au tabac est d’innover avec la technologie.

Désinformation sur la nicotine par les anti-tabac

Ridley a déclaré à la conférence que les produits à base de nicotine constituaient une forme de réduction des méfaits, que l’opinion publique s’éloignait de vapotage à cause des histoires alarmistes des médias. Il a comparé le sort de l’industrie de la vape, en particulier aux États-Unis, à celui des contrebandiers d’alcool pendant la période de la prohibition.

Clive Bates, directeur du groupe Counterfactual, a décrit les opinions des militants anti-tabac comme hostiles et ciblées, les accusant d’avoir des intérêts commerciaux rivaux dans le but d’anéantir l’industrie. Avertissant sur les dommages causés par ceux qui ont un intérêt à faire peur, il a déclaré que, même si les critiques s’efforçaient de produire des preuves pour maintenir la narration du préjudice, les progrès technologiques signifiaient que la transition vers des produits de type vaporisateur deviendrait probablement obligatoire plutôt que volontaire.

Il y a 1,1 milliard de fumeurs dans le monde et six millions de personnes meurent chaque année directement imputables au tabagisme. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 890 000 autres personnes meurent chaque année à cause du .

Une seule cigarette contient plus de 200 produits chimiques cancérigènes, ainsi que la nicotine, un stimulant qui crée une dépendance. Les scientifiques et les universitaires n’ont jusqu’à présent pas réussi à se mettre d’accord sur les avantages et les inconvénients de l’utilisation à long terme de la nicotine.

Lors d’une séance plénière, le psychologue clinicien Karl Fagerström a appelé à une recherche sur les avantages de la nicotine, qui, selon lui, peut aider les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de la dépression. Il a également conseillé à l’industrie de passer des produits combustibles aux produits à base de nicotine. Personne n’est intéressé à établir les avantages de fumer de la nicotine, a déclaré Fagerström.

Martin Jarvis, professeur de psychologie de la santé à l’University College London, a déclaré que les États-Unis s’orientaient vers interdiction globale, la Food and Drug Administration souhaitant réduire le niveau de nicotine dans les cigarettes. La société ne comprend pas la nicotine, a déclaré Jarvis, parce qu’elle pense que c’est particulièrement nocif. Mais Jarvis a déclaré : Il est justifié de décrire la nicotine comme une dépendance, ajoutant que 80 % des fumeurs souhaitaient ne jamais avoir commencé.

Pourquoi des cigarettes électroniques abordables pour les fumeurs pauvres est une question de droits de l’homme

Les interventions de réduction des méfaits du tabac ont pour objectif de faciliter plutôt que de faire pression, et sont fondées sur les besoins des individus, écrit le défenseur de la réduction des méfaits du tabac, Joesph Magero, dans Medium.

L’objectif de la réduction des risques dans un contexte spécifique peut souvent être organisé dans une hiérarchie avec les options les plus réalisables d’une part (par exemple, des mesures visant à maintenir les personnes en bonne santé) et les options moins réalisables, mais souhaitables d’autre part.

L’abstinence peut être considérée comme une option difficile à atteindre, mais souhaitable pour la réduction des dommages dans une telle hiérarchie. Garder les fumeurs en vie et prévenir des dommages irréparables est considéré comme la priorité la plus urgente, tout en reconnaissant qu’il peut exister de nombreuses autres priorités importantes. L’approche actuelle en matière de lutte antitabac au niveau mondial alimente de nombreuses violations des droits de l’homme contre les fumeurs. Les droits de l’homme s’appliquent à tous. Les personnes qui fument ne renoncent pas à leurs droits fondamentaux, y compris le droit au meilleur état de santé possible.

La réduction des méfaits s’oppose aux blessures et préjudices délibérés infligés aux personnes qui fument la cigarette au nom de la lutte antitabac et de la prévention de la toxicomanie et encourage les réponses à la dépendance à la nicotine qui respecte et protège les droits fondamentaux de l’homme. J’ai été très déçu de voir l’Inde interdire les cigarettes électroniques, laissant des millions de fumeurs sans une alternative plus sûre.

Afin de lutter contre les effets nocifs du tabagisme dans les pays en développement, l’Afrique, le Snus et les produits de vapotage devraient être rendus disponibles et abordables. Les coûts de vapotage devraient être réduits pour les fumeurs des pays en développement, car il s’agit d’une question urgente en matière de droits de l’homme. Il a déjà été établi que ces produits sont plus sûrs et moins nocifs. ils devraient être mis à la disposition des fumeurs en Asie et en Afrique.

Le fumeur a droit à des informations précises qui peuvent lui sauver la vie. C’est aussi simple que ça. Le problème avec de nombreux gouvernements est qu’ils ne comprennent pas la nicotine. Les produits de vapotage ne devraient pas être taxés autant que les cigarettes, car ce ne sont pas les mêmes. Les habitants des pays pauvres ne devraient pas être exclus des produits à base de nicotine qui pourraient éventuellement les aider à arrêter de fumer.

Au Kenya, par exemple, une cigarette électronique se vend au prix moyen de 30 dollars, ce qui la rend moins abordable pour le simple fumeur. Cela est dû aux taxes élevées sur les cigarettes électroniques. Soumettre les cigarettes électroniques aux mêmes restrictions que le tabac sur le lieu de travail pourrait être considéré comme une violation des droits de l’homme d’un individu.

Nous devons toujours nous rappeler que, tandis que cette activité se poursuit, des millions de personnes continuent de mourir alors que des solutions restent disponibles. Sept millions de vies sont perdues chaque année et cela empire de plus en plus…

Synthèse et traduction d’articles du Guardian et de Medium via Medical Brief

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef et webmestre de Vapotage. Vapoteur débutant, outré par la diabolisation de la cigarette électronique. Je parle de vape, de cigarette électronique et de l'actualité quand l'envie me prend.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *